Introduction à la cataphilie

Janvier 6th, 2009

Quelques nouvelles découvertes ces derniers moins... et dans un registre complètement différent. Initié par de nouveaux potes, avec quelques amis, on a découvert le monde de la cataphilie; c'est-à-dire la découverte des catacombes et autres carrières.
Vraiment excellent de découvrir des lieux si magnifiques et cachés à proximité de Paris.
Les photos arrivent dans les messages suivants.

L'aventure Mongol Rally 2009

Décembre 31st, 2008

Que ça soit ceux qui me connaissent ou les inconnus qui lisent mon blog, vous commencez à piger que j'aime bien faire des choses un peu atypiques et inhabituelles. Après le Kilimanjaro, la Mongolie et de la plongée, je pense battre un record avec mon trip mi-juillet prochain.
Il s'agit cette fois de participer au Mongol Rally, un rally à vocation humanitaire partant de Milan, Londres ou Madrid avec comme objectif final Oulan-Bator, la capitale de Mongolie. Il y a quelques limitations, le véhicule doit être de moins de 10 ans et avoir moins d'un 1.2 litres de cylindré. Autant dire que ça limite le choix du véhicule à des petits véhicules genre Twingo, 206, certains modèles de Kangoo, etc.
Une fois arrivé à Oulan-Bator ... en prenant notre temps, nous allons donner notre véhicule à une organisation qui va se charger de la revendre et utiliser à de bonnes fins l'argent obtenu.
Pour cette aventure, Gaëtan, mon vieux compère toujours motivé pour ce genre de plan et Samuel, un ancien pote d'Australie, seront de la partie (voir la page équipe de notre site pour avoir plus d'infos).

Tsambagarav
Tsambagarav

Si vous voulez plus d'informations, nous avons réalisé un site web sur la plateforme Kikooboo:
Mongol Rally 2009 - The Frogs go WildEast

Si vous êtes intéressé pour nous aider dans cette aventure, n'hésitez pas à lire notre dossier

Edit: Le Mongol Rally sur Wikipedia

A few news around Scilab (packaging & other stuff)

Décembre 30th, 2008

Here is a quick list of new things around Scilab (note that it is slightly modified message of the one I sent on the dev mailing list).

  • Sagemath - it is a software which combines the power of various opensource software.

    A Experimental "Scilab/Sage package" is planed for Sage 3.4 and an experimental package by Jaap Spies is already available

  • Debian/Ubuntu
    Packages are available on my Scilab homepage
    Debian packages are up-to-date (5.0.3-2). I will to upload the new Ubuntu's packages in 2009 (for now, it is 5.0.3-1 which is working too). I might backport them to Debian Lenny (future stable) & Ubuntu Hardy.

  • Mandriva
    Tomasz Pawel Gajc (a regular Mandriva contributor) created a package available on zarb.org

  • Opensuse
    A Scilab package for Opensuse has been created by Andrea Florio.
    It is available on packman
    and should be included in the next version of opensuse.
    Note that Mandriva & Opensuse packages have been created for Scilab 5.0.3 and I applied most of their patches (or update some part of the code) for Scilab 5.0.4.

  • Redhat/Fedora
    The work is still going on.
    They are also doing a great work packaging the misc dependencies but they are a bit stuck about the JOGL packaging (jogl and glugen should produce two different packages ... which I should also do in Debian/Ubuntu too)

  • Arch Linux
    It is also available under Arch Linux by Simon Lipp (one of our former trainee).

  • Gentoo
    A bit stuck for now but some activities have been seen lately around on jrosetta (one of the dependency introduced by Scilab 5).

  • Slackware
    Scilab has been packaged by the Italian Slackware community. It is available on their website. I don't know if it is going to be included in Slackware by default or not;

Manger du roo pour lutter contre les gaz à effet de serre.

Octobre 25th, 2008

C'est le Monde qui en parle. Il s'agit d'inciter les Australiens à manger plus de Kangourous que de moutons... parce que ces marsupiaux produisent bien moins de gaz lors de leurs flatulences.

Quand on voit l'importance culturelle du barbecue en Australie, on se dit que cette proposition a du faire rire beaucoup de monde ...
L'article en entier à la suite de l'article

Lire la suite »

OZ: Bye bye Elizabeth?

Septembre 24th, 2008

Complètement absente de la vie quotidienne, l'Australie cependant reste une monarchie... mais se pourrait que ça bouge si on en juge:

Selon un sondage publié aujourd'hui, plus de la moitié des Australiens sont favorables à la République.

La majorité des Australiens ne veulent plus de la reine d’Angleterre comme chef d’Etat et sont favorables à l’instauration d’une République, selon un sondage publié mardi.

52% des personnes interrogées soutiennent la République, 40% y sont opposées et 8% ne se sont pas prononcés, selon cette enquête réalisée par l’institut Nielsen, auprès de 1.400 électeurs.

Ce sondage intervient alors que le gouvernement travailliste et l’opposition conservatrice sont tous deux dirigés, pour la première fois dans l’histoire de cette ancienne colonie britannique, par des républicains convaincus.

Le Premier ministre Kevin Rudd, qui a succédé en novembre au royaliste John Howard, se qualifie lui-même de «républicain de longue date». Le nouveau leader du Parti libéral (opposition), l’ancien banquier d’affaires, Malcolm Turnbull, élu la semaine dernière à la tête du parti, milite pour sa part pour l’instauration d’une République depuis dix ans.

En 1999, un référendum sur la question avait vu la défaite des républicains. Depuis, le débat est retombé, en raison notamment de la popularité d’Elizabeth II en Australie. Selon des sondages, si le Prince Charles venait à lui succéder sur le trône, les rangs des républicains gonfleraient sur le champ.

Bien que l’Australie soit indépendante depuis 1901, la reine Elizabeth II y a toujours le titre de chef d’Etat et son portrait figure encore sur les pièces de monnaie et les billets de banque.

Source: Libération

Un peu dans la même veine, l'Australie vient de nommer un nouveau (enfin, nouvelle en l'occurrence) gouverneur général , ce qui, d'après l'article du Courrier International ne sert à rien mais sert quand même mais pas trop.

Canberra se félicite d’avoir choisi pour la première fois une femme pour représenter la reine d’Angleterre. Mais jamais on ne désignera un Aborigène à ce poste prestigieux, regrette l’écrivaine Germaine Greer.

Pressé de parler de Quentin Bryce, la femme qui allait lui succéder [sa prise de fonction a eu lieu le 5 septembre], le gouverneur général australien, Michael Jeffery, avait déclaré, il y a six mois, que “tout le monde peut être gouverneur ­général en Australie et c’est ce qui fait sa grandeur”. Comme si les quatorze autres pays membres du Commonwealth qui choisissent un représentant de la reine le faisaient de manière moins démocratique. Pourtant, l’Australie est le pays le moins audacieux des dominions dans son choix de gouverneur. Parmi les 25 individus ayant occupé ce poste par le passé, on compte un prince, deux comtes, deux vicomtes, sept barons, neuf chevaliers, un archevêque et un général de division. Il n’y a jamais eu de femme ou de représentant de minorités ethniques. Le Canada, pour sa part, a nommé la première femme à ce poste il y a un quart de siècle. La seconde était née en Chine et la gouverneure générale actuelle est noire et d’origine haïtienne.
Le travail du gouverneur général est de représenter la reine. Ce que la reine ne ferait pas, le gouverneur ne doit pas le faire. Il doit savoir parler sans dire grand-chose aux rois, ambassadeurs et athlètes en visite ainsi qu’aux petites gens et s’intéresser à tout sans s’impliquer en rien. Les gouverneurs généraux, comme les reines d’Angleterre, doivent obéir à leur Premier ministre. Le plus pauvre des Australiens a plus de droits que le gouverneur général, qui se voit refuser celui de manifester, de brandir une pancarte ou d’être publié. Le gouverneur général sortant a réussi à se taire et à faire bonne figure jusqu’à sa dernière semaine en poste, lorsqu’il a dû faire un commentaire sur les Aborigènes, qu’il présente comme 520 000 “personnes qui ont du sang indigène”. “Je crois qu’ils sont environ… 400 000 à être intégrés de manière satisfaisante… à tel point qu’on n’entend pas parler d’eux. Ils mènent une vie semblable à celle de n’importe quel Australien.” Selon lui, c’est seulement chez les 100 000 autres, ceux qui vivent dans des régions éloignées, que “se manifestent, depuis plusieurs années, des difficultés d’intégration”.
Dans les agglomérations urbaines, tous ceux qui luttent contre les ravages de la pauvreté, les déplacements de population, la criminalité, la drogue et l’alcool ont été outrés par ses propos, mais il faut dire que le gouverneur défendait une position très osée et plutôt polémique. Parmi ceux qui ont du “sang indigène”, nombreux sont ceux qui n’ont jamais vécu comme des Aborigènes. Leur origine peut être un passeport pour bénéficier de toutes sortes d’avantages, notamment des postes confortables où ils peuvent se la couler douce. Il fut un temps où ces gens voulaient se faire passer pour des Blancs. Aujourd’hui, ils ont avantage à se présenter comme Noirs. Alors qu’autrefois on cherchait à cacher ses ancêtres noirs, ce sont maintenant les aïeuls blancs qu’on ne mentionne jamais.

Nier l’existence d’une identité des aborigènes

“Nous n’avons pas des vies normales. Nous sommes totalement surreprésentés dans les indicateurs politiques. Nous mourons jeunes. Nous n’avons pas les mêmes opportunités en termes d’éducation”, s’indigne Pat Dodson, descendant du peuple yawuru et ancien président du Conseil pour la réconciliation des Aborigènes. Parmi les Australiens non aborigènes, 49 % terminent leur cursus scolaire. Chez les enfants aborigènes vivant dans les régions éloignées, seuls 14 % atteignent le même niveau. Si l’innocence touchante du gouverneur à propos des réalités de la vie urbaine des Aborigènes est encore pardonnable, son idée simpliste que l’assimilation des Aborigènes serait le seul objectif satisfaisant est inadmissible. Selon Pat Dodson, la déclaration de Michael Jeffery “nie complètement l’existence d’une identité propre aux Aborigènes, et ce qu’ils peuvent apporter à ce pays en tant qu’Aborigènes, comme s’ils n’avaient rien à offrir hormis d’assimiler la culture occidentale.”
Parmi les candidats potentiels à la succession de Michael Jeffery – un poste qui rapporte 365 000 dollars australiens [207 000 euros] par an – se trouvait Lowitja O’Donohue, descendante de la tribu yankunytjatjara et fondatrice de la Commission des aborigènes et des insulaires du détroit de Torres, aujourd’hui dissoute. Mais elle n’a pas été choisie. Le choix du Premier ministre Kevin Rudd s’est arrêté sur Quentin Bryce, une femme originaire du Queensland – comme lui – qui avait déjà occupé le poste de gouverneur d’Etat. Les médias australiens félicitent le pays pour sa maturité pour avoir désigné une Australienne comme gouverneur général. Toujours en avance sur l’Australie, la Nouvelle-Zélande a déjà confié à deux reprises cette tâche à une femme par le passé. Seuls la Grenade, la Jamaïque, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Saint-Kitts-et-Nevis, les îles Salomon et Tuvalu n’ont jamais nommé de femme à ce poste. On raconte que Quentin Bryce aurait dit, sous la pression des médias, que l’Australie deviendrait une république lorsque les Australiens en décideraient ainsi. Il y a donc une lueur d’espoir : la première femme à occuper la plus insignifiante des tâches pourrait également être la première républicaine. Si c’est le cas, elle devra apprendre assez vite à garder pour elle ce genre de commentaire.
Germaine Greer
The Guardian

Source: Courrier International