Accueil
Recits de voyages
Photos et vie courante
J'aime / J'aime pas
Liens
Contact
Français Nederlands
Great Ocean Road - Day 2
22/12/2004

Lendemain matin, reveil au aurore (8 heure). Stop par le supermarché pour faire des courses pour la journée. Déception : pas de Muffin ou de Donuts pour le petit dejeuner. Tant pis !

Direction la cascade "Erskine waterfalls", prise de risque maximale :
- slippery rocks (Roches glissantes)
- snakes (serpents)
- limbs may fall (des branches peuvent tomber)
mais, Indiana Jones dans l'Ăąme, nous nous lançons vers cette cascade dans la rainforest (t'inquiĂšte pas Maman). Toujours aussi sympas la balade et la cascade (mĂȘme si ca descend (et donc remonte) sacrĂ©ment).
RĂ©sultat de l'aventure :
des tonnes de lĂ©zards !!! Le plus grand devant mesurer au moins 10 centimĂštres !!! MĂȘme pas eu peur.
 
La Cascade
 
Foret
 
Preuve des dangers que l'on a bravé
 




Great Ocean Road once again, encore les supers paysages de cette route qui je le rappelle longe la mer sur plusieurs centaines de kilomĂštres. On s'arrĂȘte sur pas mal de spots pour profiter des superbes vues...
 
Route & mer : la great ocean road
 




Arrivé au Cap Otway, un parc naturel sur une pointe. On y trouve un célÚbre phare (enfin, qu'ils disent), une belle rain forest, etc.

On s'arrĂȘte faire une balade de 30 minutes dans la rain forest. Comme d'habitude bien mis en valeur par les Australiens (y savent y faire). On apprĂ©cie se balader dans ces forĂȘts un peu surrĂ©elles par leurs dimensions et leur prestance.

On the road again pour voir la suite de ce qu'il y a voir au Cape Otway (allergiques des koalas, allez Ă  la page suivante).

Sur la route, on croise un van roots (comprendre : de personnes qui vont Ă  l'aventure) avec 3 quĂ©becoises dedans. Comme partout dans ce coin, quand on voit des gens arrĂȘtĂ©s au bord de la route qui mattent en hauteur dans les arbres, la probabilitĂ© pour que ça soit un koala est trĂšs forte. On s'arrĂȘte donc pour les regarder (il y en a deux). Ils sont plutĂŽt en hauteur et il n'est pas Ă©vident de les distinguer...
 
TĂȘte qui dĂ©passe !
 




Ensuite, direction le fameux phare. Phare que nous n'auront pas la chance de voir car nous nous sommes perdus (et de toutes les façons, on apprendra plus tard qu'il faut s'aquiter de quelques dollars australiens pour pouvoir y parvenir, non merci).
Mais ça fera l'occasion d'une balade sympa Ă  travers la petite forĂȘt australienne et la dĂ©couverte des mouches australiennes (cf la photo pour comprendre). Balade qui deviendra trĂšs profitable quand nous croiserons un koala, au beau milieu du chemin, sans doute lĂ  Ă  nous attendre (c'est beau de rĂȘver) alors qu'il n'y a aucun eucalyptus dans les parages (pour les incultes, les koalas se nourissent que de feuilles d'eucalyptus, mĂȘme pour l'eau). On le mitraille donc de photos et lui nous regarde, intriguĂ©. Ayant autre chose Ă  faire, il reprend sa route d'un pas lent, lent, lent ... Et aprĂšs 3 mĂštres de marche (Ă©puisant), il s'arrĂȘte et nous regarde encore une fois. Un peu comme si il nous offrait une derniĂšre fois l'opportunitĂ© de rĂ©aliser une superbe photo. Puis il est reparti mais cette fois dans la flore environnante nous laissant joyeux avec nos mouches.
 
Fucking flies australiennes
 
Le koala en plein effort
 
La pause
 




Retour sur la route par laquelle on est arrivĂ©. Encore une fois des gens arrĂȘtĂ©s au bord de la route mais cette fois, ils regardent par terre ... Serpent ? Koala renversĂ© ? Opossum ? Crocodile ? (je rigole maman, tu sais bien qu'il n'y a pas de crocodile ici ;)
HĂ© non, encore un bloody koala qui, Ă  priori, vennait de traverser la route (sans regarder Ă  gauche puis Ă  droite pour voir si des voitures n'arrivaient pas !). On s'arrĂȘte, et c'est Ă  ce moment lĂ  qu'on le voit commencer Ă  monter sur un eucalyptus. - Bon, je me dois d'avouer que les koalas de ce coin doivent ĂȘtre un peu attardĂ©s. L'autre se balade dans un coin sans euca. Celui-ci monte dans le seul arbre qui n'a plus de feuilles dans toute la forĂȘt. Genre c'est juste celui lĂ  qu'il choisit !! Donc on le regarde monter, et lui, plus il monte, plus il braille. Est ce que c'est parce qu'on est tous lĂ  comme des abrutis Ă  le regarder montrer ou bien parce qu'il se rend compte qu'il est vraiment con Ă  ĂȘtre montĂ© Ă  un arbre oĂč il pourra rien faire en haut.

Enfin, je le vois monter, je pensais qu'ils montaient patte par patte. En fait, ils se propulsent grĂące Ă  leurs pattes arriĂšres et se raccrochent une dizaine de centimĂštres au dessus avec leurs pattes avant. Bon, comme tout le temps avec eux, 3 secondes d'effort pour 5 fois plus de temps de repos (genre une minute de sexe => une semaine de repos !).
 
Koala un peu bĂȘte
 
Encore le beto
 



Moralité : les koalas, c'est vraiment des branleurs !!!

Sur la route, on s'arrĂȘte pour prendre en photo le panneau ultra original et ma copine en profite pour poser, genre manequin qui regarde l'horizon. On reprend la route et 400 mĂštres en face, en haut d'une pente, je vois une voiture arrĂȘtĂ©e qui me fait des appels de phare. Je ralentis donc (un kangourou dans le moteur, ça fait mal).
En fait, c'est un porc-Ă©pique ou Echidna comme il l'appelle DownUnder.
Moins sexy qu'un kangourou mais toujours sympas Ă  voir surtout que j'en avais jamais vu dans la nature !
 
La classe !
 
Echidna
 



La faim commencant Ă  venir, on dĂ©cide de s'arrĂȘter sur une plage. Johanna Beach. Magnifique ! On Ă©tait les seuls dessus. Un coin de paradis ... Et pour profiter du paradis, on va se baigner avec François. Toujours aussi fraiche mais toujours aussi plaisant (surtout vu la taille des vagues) et en plus, ça nous permet d'Ă©viter ces putains de mouches. Il y en aura tellement que l'on renoncera (Ă  regret) Ă  manger sur cette plage...
 
Johanna Beach
 
Johanna Encore !
 



On s'arrĂȘtera au "last restaurant before the 12 apostles" pour grignoter sur la pelouse mais les mouches nous auront suivies une fois encore (elles vont vites les mouches australiennes). Encore une fois (oui, on est lĂąche...), on abandonne pour aller manger dans la voiture comme des misĂ©reux... AprĂšs ce repas aux mouches vivantes, nous arrivons au clou de la Great Ocean Road :
les 12 apotres. Bon, faut pas répeter qu'il y en a plus douze, que certains sont tombés depuis leur découverte.
La chaleur et le soleil apportent à l'endroit un aspect plus dépaysant que le froid que j'avais eu à ma venue précédente dans ce super endroit.
Je vous laisse voir les photos de l'endroit qui parlent bien plus que mon baratin :D
 
Gibson steps
 
Autre coté de Gibson steps
 
12 apĂŽtres
 
 
Autre point de vue
 
Une arche
 
La team heureuse d'ĂȘtre lĂ 
 
 
Le rĂȘve cette plage
 
Un gros caillou !
 
J'adore cette photo !!
 



Une fois l'endroit contemplé, on s'en va pour Loch and Gorge. Une série d'arches naturelles creusées dans la roche, des formations rocheuses diverses & variées et une superbe plage cachée. Un peu genre The Beach mais sans les requins et le sang.
Great stuff mate !!! D'autant plus que je découvrais cette partie de la GOR car la fois précédente, nous étions arrivés de nuit aux douze apotres... Les arches sont pour un clin d'oeil à ma visite avec Sonia de arches national park aux USA un peu plus d'an avant ...
 
Autre plage de rĂȘve
 
La mĂȘme mais dessus
 
Vue de la grotte
 



Pour la petite histoire, loch and gorge fut l'endroit d'un naufrage qui entraßna la mort d'une centaine de personnes. Seul deux jeunes survécurent à cette catastrophe et resteraient une grotte (cf photo) à cet endroit le temps que le garçon aille chercher les secours...

La GOR nous a encore réservé d'autres surprises avec le London Brigde qui tire son nom de ses deux arches. Un des deux s'étant effondré il y a une dizaine d'années avec deux touristes situés sur la partie "maritime" du bridge... Bad luck, isn't it ?
 
London bridge
 
nous deux
 
Vue
 




Arrivé à Warranbool, motel trouvé, pizza achetée (grave pimentée) et dodo

Laisser un commentaire