Home
Texts and pictures
Contact
Français Nederlands
Ayutthaya
18/05/2005

Lendemain matin, levés avec les poules (expression de Yifan). On laisse nos sacs à l'accueil de l'hôtel (20 baths / bagage / jour, autant dire rien). Comme on est un peu en retard, on se laisse alpagé par les taxis qui attendent devant l'hôtel. Et on s'en sort pour plus cher que normalement (100 baths au lieu de 50 normalement). On discute un peu avec le chauffeur... Quand il apprend que l'on va à Ayutthaya en train, il nous dit que le train est pourri. Que c'est beaucoup mieux en voiture. Il se propose de nous amener pour 2000 baths (40 euros). On refuse proprement en disant que l'on a déjà nos billets (petit mensonge). Ca l'empêche pas de nous refaire la proposition pour cette fois 1000 baths. Not today mate...
On arrive à temps pour acheter nos billets de train pour Ayutthaya qui se trouve à un peu plus de cent kilomètres au nord de Bangkok. Les deux tickets nous coûtent la somme surprenante de 40 baths, soit environ 80 centimes d'euro. Certe il arrivera en retard et s'arrêtera souvent mais il est confortable.
Le voyage en train nous offre une autre vision de la Thaïlande... Les gens qui vivent en bord des voies, les maisons en bois construites au dessus d'étangs, des cabanes rafistollées...
 
Nettoyage avant le départ
 
Les bords de la voie ... Hallucinant
 

Le trajet se passe sans problème. On arrive dans l'ancienne capitale. Comme partout, on se fait accueillir par les chauffeurs de Tuk Tuk qui nous proposent leurs services. Comme d'habitude (et je déteste ça), on est soit obligé de refuser, soit faire comme si ils n'existent pas... Sauf qu'ici, ils ont eu la bonne idée de mettre un panneau indiquant les tarifs pratiqués par les Tuk-Tuk. On prend donc le premier qui vient. Sympas et conciliant. On lui demande de nous amener au T.A.T. qui, celui-ci, est vraiment une office de tourisme. On veut y aller pour avoir des informations sur la ville, sur les possibilités pour monter dans le nord et surtout pour nous débarasser de nos gros sacs à dos. Ils nous conseillent la police pour touristes qui en effet gardera nos deux sacs toute la journée. Le chauffeur nous amène ensuite à la banque pour que Yifan puisse changer ses euros, à la station de bus pour prendre nos tickets pour Sukohthai et enfin nous ramène dans le coeur historique de la ville (le tout pour 130 baths ... on lui donnera 20 de plus pour sa sympathie...).
En bon commercial, il nous dépose près de la "ferme" à éléphant qui propose des tours à dos d'éléphant. Evidement, la technique est couronnée de succès avec Yifan ;). On décide d'y aller au retour de notre balade.
 
Petit resto traditionnel
 
Cul des éléphants
 
Adorable
 
 
L'aventurié
 
Représentation d'un moine
 

Ayutthaya était la capitale de la Thaïlande avant Bangkok. Elle était le coeur politique du pays de 1350 à 1767 avant qu'elle soit détruite par l'armée birmane.
Comme Bangkok, on trouve des Wat (temple) à chaque coin de rue mais on trouve tous les vestiges les plus intéressants plus au moins au même endroit.
On peut trouver la maison du gouverneur qui date d'une centaine d'années. Une superbe maison en bois :
 
Touriste dans le temple
 
Porte
 

Un temple bien plus récent et (trop) classique
 
Enorme temple
 
Encore un grand bouddha
 

Le clou de cette série de temple est 3 énormes chedis, plus au moins conservés en bon état.
 
Lézard
 
Cheddi protecteur
 
Enorme Cheddi
 
 
Les trois alignés
 
.
 


3 cheddis

Je ne vais pas décrire tous les temples. La plupart des photographies parlent d'elles-même.
 
Bouddha
 
Un autre temple
 
Bouddha très ancien
 
 
Lotus en forme de coeur
 
Enorme varan
 
Vestige
 
 
Wat de 20 metres de hauteur
 
Elephant
 

Lors de notre balade, il nous arrive cependant deux petites anecdotes :
- à l'arrivée de la partie des 3 chedis, on se fait appellé par un Thaïlandais. Je lui dis non merci. Il nous court ensuite après. "You have to pay the entrance" (vous devez payer l'entrée). Goups, on se sent un peu cons avec notre "non merci".

Ensemble de vestiges

- à un moment, le temps s'est couvert et l'orage a éclaté. Se disant que le temple en bois où nous étions n'était sans doute pas le meilleur endroit, on a été se protéger sous un autre temple où des ouvriers (qui visiblement creusent pour des fouilles) se sont aussi abrité. On a essayé de communiquer tant que possible (pas évident, on parle pas un mot de thaï, et eux ne parlent ni français, ni mandarin ou anglais), ils rigoleront en mattant mes guides au sujet de la Thaïlande, une des femmes nous montrera sur son téléphone portable avec photo la tête de sa fille, ils essayeront de deviner d'où Yifan et moi sommes originaires (pas évident à faire deviner), proposeront de la crème à Yifan pour une de ses piqures. Une rencontre surprise agréable :)
 
Nos amis d'un moment
 


Après avoir vu de nombreux temples, on retourne au parking à éléphants. Yifan ayant toujours en tête de voir à quoi ressemble le monde quand on fait quelques dizaines de centimètres de plus (800 baths pour deux). Après être monté sur un promotoire pour nous aider à monter sur leur dos, on s'assoit sur une sorte de banc installé dessus. Le pilote dresseur est assis sur la nuque de l'animal avec ses deux pieds posés sur les oreilles de l'animal. Yifan balise un peu au début. Il est vrai que l'on est à plusieurs mètres du sol et ça bouge bien. La balade se fait au tour de quelques temples. Sympas !! Je suis cependant un peu déçu de voir que le dresseur utilise une baguette avec une extrémité pointue pour rappeller à l'ordre son éléphant.
 
Elephant et son maitre
 
Wat vu de l'éléphant
 
Priorité à l'éléphant
 
 
Notre pote en gros plan
 

Après ces émotions, on retourne au commissariat où l'on a rendez-vous avec le Tuk-Tuk du matin pour nous amener voir d'autres temples et pour enfin nous déposer à la gare routière pour notre bus. Etant un peu en avance sur l'heure de rendez-vous, on s'installe dehors et on utilise un jeu de dame et quelques branches/feuilles et on joue. Bien sur ;), je gagne sans problème contre Yifan (j'avais oublié comme les dames sont pauvres niveau stratégique par rapport aux échecs).
 
Yifan morte de rire par sa défaite
 

Le tuk tuk n'arrivant pas, on en choppe un autre (assez folklo, le policier de la Tourist police parlent aussi bien anglais que je parle allemand (pas glorieux donc) et le TukTuk sait seulement compter en anglais...).
Bref, on arrive sans encombres à la bus station à partir de laquelle on va passer les quelques heures à venir. On se pose donc dans un restaurant pour un repas qui se revèlera le plus cher du voyage (entrée, plat, désert, boissons ...) ... Soit 440 baths pour deux (soit un peu plus de 8 euros).

Je profite de l'attente pour passer un coup de téléphone à une Guesthouse trouvée dans le routard pour réserver.

Après quelques cafouillages (c'est votre bus celui-ci ... en fait non ...), on arrive enfin à monter dans un bus. Première classe !!! Ce qui en fait consiste en un bus climatisé, places réservées, un peu de bouffe/boire et une converture. Je regarde d'un oeil un film auquel je ne comprend rien pendant que Yifan tombe de sommeil rapidement... Je sommole entre deux arrêts quand d'un coup, je me fais reveiller par le conducteur qui gueule dans le bus Sukhothai. Le seul mot que je comprend en Thaï en ce moment vu que c'est le nom de la ville dans laquelle on veut aller...
On descend la tête enfarinée. Je reprend vite mon esprit car on doit trouver un TukTuk qui veulle bien nous enmener à la guesthouse sans trop nous plumer. Un mec essaye de nous motiver pour aller dans sa guesthouse "pas cher". Comme d'habitude, on refuse poliment mais clairement. On trouve donc un chauffeur qui accepte de nous conduire pour 60 baths (1,1 euros)... On ne connait pas les prix mais ça nous convient ...

Après quelques minutes de route vers 4/5 h du mat, dans la fraicheur de la nuit (oui, même en Thaïlande), on arrive à la guesthouse où notre chauffeur va réveiller le Thaï qui s'occupe de la Guesthouse. Il nous installe dans la chambre qui est en fait un bungalow. Un peu spartiate mais vraiment mignon. On tombe de fatigue.


    Page suivante
Laisser un commentaire
 
This website uses IWasHere/MonCarnet version 0.3 beta.